29/05/13: Journal de bord

Station N°2

Coordonnées GPS : 30° 35 ‘ N et 132° 00 ‘ O

 

C’est exactement l’endroit recommandé par Paola et Danielle, les coordinatrices de l’expédition au CNES. Un travail de localisation fait en équipe, avec notre partenaire Mercator Ocean et MyOcean, merci à vous.

 

Dans la matinée, nous mettons tout notre matériel à l’eau : la bouée gyroplastic, les capteurs de polluants et les filets. Une fois le filet manta remonté à bord du bateau, Claire dévisse le bouchon et quand le contenu se met à couler dans le récipient, toute l’équipe s’exclame ! Du plastique !

Nous ressemblons à des chercheurs d’or qui viennent de trouver leurs premières pépites.

Mais aussitôt la réalité reprend le dessus : le septième continent existe bel et bien ! On ne peut certes pas marcher dessus, mais la pollution est bien là, insidieuse et très étendue : 6 fois la superficie de la France dit-on. Quelle catastrophe écologique ! Et nous qui avions encore des doutes hier, lorsque notre filet Manta n’avait révélé que du plancton.

Quant aux macro-déchets, nous en observons de plus en plus fréquemment : cet après-midi, en 3 heures, nous avons croisé 5 bouées, 2 bouteilles et 2 morceaux de polystyrène. Plus nous pénétrons le gyre, plus il vomit de déchets sous nos yeux ! Nous pourrions tourner en rond pendant des heures et ramasser un nombre hallucinant de déchets flottants éparpillés ici et là. Les signaux non identifiés du satellite radar pourraient être liés à toute cette micro et macro pollution. Ce serait une avancé majeur si le satellite confirme ses lectures.

 

Patrick a une pensée particulière pour Alain et Georges, les deux membres d’équipages de l’année dernière qui n’ont pu repartir cette année, surtout quand il a plongé ce matin pour faire des images sous-marines, le rôle d’Alain l’année dernière. Nous ramènerons pour Georges quelques échantillons. Maigre consolation, nous le savons.

Soizic fait son maximum pour rapporter des images ce cette décharge à ciel ouvert. Travail très difficile car les déchets sont dispersés sur toute la zone. Nous comprenons maintenant pourquoi  il est si difficile de rapporter un témoignage visuel de cette catastrophe.

 

Maintenant il nous reste encore 100 miles à effectuer pour rejoindre notre point final au 30° N 134° O. Qu’allons-nous découvrir ???

 

 

À très bientôt – L’équipe 7e C

Publicités