30/05/13: Journal de bord

En cette nuit du 30 mai, depuis neuf jours que nous sommes partis, et pour la première fois, le bateau est quasiment à l’arrêt. À l’intérieur, une chaleur insoutenable s’installe. À l’extérieur « no wind ». Le Pacifique est soudainement devenu un lac. Il est deux heures du matin, nous sommes dans le cœur du vortex. « Strange! »  dira le capitaine… Le bateau est enveloppé dans un épais brouillard. La scène est digne d’un film de Pirates des Caraïbes.

 

 

Le voyage touche à sa fin, nous sommes à la  latitude  30° N et la longitude 134° W. C’est comme si le bateau n’avait plus envie d’avancer, et  nous dire que c’est là. Là! l’endroit que nous sommes venus chercher et montrer au monde. Nous y passerons la nuit dans une ambiance un peu glauque. Au matin le brouillard se lève timidement, afin de  nous permettre la mise en place notre dernière station au cœur de la bête.

 

Sur un email de Danielle, nous apprenons que la bouée Gyroplastic n’a pas émis de signal depuis la première station ! Effectivement, après vérification de celle-ci aucun voyant ne s’allume. Coup dur pour l’équipe. La bouée devait caractériser la colonne d’eau des stations. Après plusieurs coups de téléphone satellite aucune solution ne sera trouvé. Nous effectuerons la station sans elle, hélas.

Après la mise en place du dispositif, nous commencerons à relever le filet Manta au bout de 1h00 de traine.

 

Pas de surprise, le filet est rempli de plastique… Nous traitons les échantillons, finissons la station et c’est le come back to Oceanside. Nous laissons derrière nous un territoire vierge de vie humaine mais au combien impacté par celle-ci. Cela laisse un goût amer, même si  nous savions ce que l’on venait chercher…

Le fait d’être témoin sur place, doit surement amplifier cette sensation de honte envers la nature.

Nous passerons en revue avant de partir les détritus qui nous entourent : chaussures, reste de pêche et bien d’autres choses non identifiables.

 

 

Demain, nous remettrons le filet Manta à l’eau pour continuer nos prélèvements avant de passer 128° W sortie théorique du gyre… Et nous le quitterons avec toutes nos interrogations.

 

 

À très bientôt – L’équipe 7e C

Publicités