Les bobis, comment ça marche ? (FR-EN)

Alexandra ter Halle, Emile Perez

Laboratoire des IMRCP, Université Paul Sabatier (Toulouse)

Mise en pratique : Claire Pusineri pour OSL – Expdition 7e continent.

 

Les Bobis (petites éponges à polluants), sont des capteurs à base d’organogels (huile gélifiée) poreux sont conçus à partir d’ingrédients faciles à trouver, comme le sucre, l’eau, une huile végétale et un gélifiant.

 

Les Bobis qui ont été préparés au laboratoire. Ils font 3 centimètre de diamètre et ½ centimètre d’épaisseur. Ils sont rangés individuellement dans des petites boites en aluminium. 

 

Ces capteurs (baptisés des Bobis) seront protégés dans des petites boules grillagées puis plongés dans l’eau de mer à différentes hauteurs, pendant 2h. Les grains de sucre emprisonnés dans l’organogel vont se dissoudre, et laisser la place à des trous (pores) pour la circulation de l’eau de mer dans le capteur. Ces « Bobis » vont permettre de capter et concentrer dans l’organogel les polluants qui auront été transportés par les microplastiques.

Les capteurs seront ensuite récupérés et analysés en laboratoire par des experts, en utilisant la technique de spectrométrie de masse.

 

Objectifs : Détecter la présence de polluants organiques (hydrocarbures aromatiques polycycliques, chlorobiphényles, bisphénol A, phtalates ; DDT et ses dérivés…) présents dans l’eau, et qui auraient été éventuellement transportés par les microplastiques.

 

En effet les microplastiques pourraient constituer des réservoirs à polluants. On les suspectent de les piéger, de les accumuler, les transporter et les relarguer. Tout au long de leur parcours dans les océans, il peut y avoir des échanges de polluants entre les microplastiques et l’eau de mer.

 

La manipulation se fera dans 3 zones : dans une zone peu polluée (loin des côtes et du gyre, à mi-parcours) pour avoir une référence, et 2 fois dans la zone polluée.

 

 

 

Source : © CNES et IMRCP 2013

Boite hermétique pour transporter les 33 Bobis (à gauche) et ligne de pêche sur laquelle seront fixées à différentes hauteurs les boules grillagées contenant les capteurs.

 

 

Source : © CNES et IMRCP 2013

Une fois les Bobis placés dans une petite boule grillagée, ils sont accrochés à une petite bouée en liège.

 

————————

 

Bobis (small sponges for measuring pollutants) – how do they work?

Alexandra ter Halle, Emile Perez

IMRCP laboratories, Paul Sabatier University (Toulouse)

Implementation by Claire Pusineri , for OSL – 7th continent expedition.

 

Sensors using porous organogels (gelled oils) were made with easy-to-find ingredients such as sugar, water, vegetable oil and a gelling agent.

 

Legend 1: The Bobis were prepared in the lab. They measure 3 centimetres in diameter and are ½ centimetre thick. They are packed individually in small aluminium tins.

 

These sensors (dubbed Bobis) will be protected in small meshed balls and then plunged into sea water at different depths for 2 hrs. The sugar crystals trapped in the organogel will dissolve leaving holes (pores) enabling sea water to circulate inside the sensor. These “Bobis” will enable the capture and concentration in the organogel of pollutants conveyed by microplastics.

 

The sensors will then be recovered and analysed by experts in laboratories using the mass spectrometry technique.

 

Goal: to detect the presence of organic pollutants (polycyclic aromatic hydrocarbons, chlorobiphenyls, bisphenol A, phthalates; DDT and derivatives etc.) present in water which may have been transported by microplastics.

 

As potential reservoirs of pollutants, microplasticsare thought to trap, accumulate, transport and then release such pollutants once again. Throughout their journey around the oceans, there may be exchanges of pollutants between microplastics and sea water.

 

Bobis will be used in 3 zones – in an area of low-pollution (about halfway on the journey, a good distance from the coast and the gyre) for reference purposes and then twice in the polluted area.

 

Legend 2: Airtight box for transporting the 33 Bobis and Fishing line to which the mesh balls containing the sensors will be attached at different depths.

 

Legend 3: Once the Bobis have been placed in a small mesh ball, they are suspended on a small cork buoy and Bobis buoy to trap pollutants near the surface.

Publicités